Récupération d’un essaim et nouvelle naissance

Cette semaine nous avons eu la chance de récupérer un essaim d’abeilles et d’accueillir un deuxième agneau d’Ouessant

Essaim d'abeilles sur une branche de chêne à 3 m du sol

L’essaimage est un mécanisme naturel qui permet aux colonies d’abeilles de se renouveler et de se développer : la reine part tenter sa chance ailleurs avec la moitié de la colonie laissant les abeilles restantes orphelines mais bien pourvues en cellules royales devant assurer sa succession…

L’essaimage affaiblit considérablement la colonie et compromet sérieusement la récolte de miel et il est généralement combattu par les apiculteurs qui aimeraient pouvoir l’éviter. La situation est différente lorsqu’il s’agit de récupérer un essaim qui fournit une nouvelle colonie!

La récupération d’un essaim est toujours un grand moment : c’est l’occasion d’agrandir le rucher et de compenser les pertes hivernales. De plus, les abeilles qui essaiment sont très calmes et si peu agressives qu’il est exceptionnel de se faire piquer en récupérant un essaim.

L’essaim que nous avons trouvé dans notre nouveau verger cette semaine était accroché à une branche de chêne à trois mètres du sol. Pour le transvaser, nous avons placé une ruche ouverte sur le toit de notre voiture juste sous l’essaim. Pour que les abeilles entrent dans la ruche, nous leur avons un peu forcé la main : un coup sec donné sur la branche a fait tomber l’essaim dans la ruche…

Les abeilles tombées en dehors de la ruche sont rapidement entrées dans la ruche que nous avons pu la couvrir puis l’amener à son emplacement dans le rucher.

La deuxième bonne nouvelle de la semaine est la naissance d’un nouvel agneau d’Ouessant!

Le voir à côté de son demi frère qui n’a que cinq semaines permet de voir à quel point les agneaux grandissent vite lors de leurs premières semaines.

Les oisons n’ont rien à leur envier à ce sujet. Les nôtres n’ont que six semaines et leur taille a dépassé la moitié de la taillé de leurs parents…