Portes ouvertes chez Georges Toutain

Georges Toutain organisait une journée porte ouverte le samedi 9 octobre 2010 et nous n’avons pas résisté au plaisir d’aller lui rendre une nouvelle visite.

Georges Toutain faisant visiter son pré-verger

Sur le site du MDRGF, l’agenda de la journée était :

  • Samedi 9: Journée portes ouvertes MDRGF à Fontaine Lavaganne chez Georges Toutain, Président d’honneur du MDRGF. Rendez-vous de 10h à 13h pour la visite guidée du verger et manse -puis à 14h30 pour une conférence sur le thème des pesticides (Pique-nique tiré du sac).

Georges Toutain a profité de la traditionnelle visite de son pré-verger pour exposer ses méthodes de « bonne agriculture », expliquant notamment comment il avait dû reconstituer l’humus de ce terrain dont le sol avait été tué par des années d’agriculture intensive.

Les principes de cette « bonne agriculture » reposent sur le respect des équilibres naturels et le refus de tout traitement chimique, les seuls traitements tolérés étant à base d’huiles essentielles utilisées à doses homéopathiques.

Le compostage joue un rôle important pour reconstituer les sols et Georges Toutain ne manque jamais de faire visiter son tas de compost !

La visite s’est poursuivie par celle du « manse horticole » auquel il est très attaché. Ce potager modèle permet de démontrer qu’il est possible de nourrir une famille de quatre personnes en leur confiant un petit lopin de terre à cultiver.

Après une phase expérimentale pendant laquelle il a soigneusement pesé les récoltes et évalué le nombre de kilocalories produites, Georges Toutain accompagne maintenant des familles souhaitant tenter cette aventure, les aidant à trouver des terrains et leur prodiguant ses conseils.

La matinée se termina dans la cour de sa ferme, autour d’un verre de cidre et de ses pommes de saison.

L’après midi était consacrée à une conférence sur les pesticides pendant laquelle il plaida avec fougue pour un monde sans pesticides, dénonçant la folie d’une société qui empoisonne ses ressources en eau.

L’importance de l’eau sans laquelle nulle vie n’est possible, Georges Toutain est bien placé pour la connaitre, lui qui a commencé sa carrière d’agro-écologiste dans le désert algérien.

C’était, se souvient il, dans une palmeraie de 25.000 hectares, en 1958, au sud de Biskra. Jeune ingénieur de l’INRA, il était chargé de la protection phyto-sanitaire de la palmeraie et la première menace fut celle d’une invasion de sauterelles.

Obéissant à ses supérieurs, il organisa avec l’aide de la population la pulvérisation d’un insecticide puissant. Cet insecticide étant censé être parfaitement inoffensif, la pulvérisation commença sans aucune protection. En voyant l’effet sur la population et sur lui-même, il commença très vite à douter de l’innocuité de ce pesticide mais le mal était fait et les dispensaires se remplirent de malades intoxiqués par le produit.

Les sauterelles reparties, l’impact sur l’écosystème se révéla tout aussi catastrophique : les feuilles des palmiers devinrent toutes blanches, infestées de cochenilles qui, seules, avaient échappé à l’insecticide et se retrouvaient sans prédateurs.

Convoqué à la préfecture pour une réunion de crise, Georges Toutain décida de ne plus se laisser faire et, contre l’avis de ses supérieurs, il parvint à convaincre le préfet de ne plus utiliser de pesticides et de réensemencer la palmeraie en prédateurs des cochenilles.

Il lui fallu cinq ans pour rétablir dans la palmeraie un équilibre détruit en quelques jours par l’utilisation de pesticides.

C’est ce double constat de dangerosité pour l’homme et l’écosystème et d’inefficacité qui le pousse, aujourd’hui encore, à combattre les pesticides et l’agriculture qu’il qualifie de « raisonnée chimiquement’.

Cette histoire, que nous ne connaissions pas encore, éclaire bien la personnalité et l’action de Georges Toutain qui n’a jamais baissé les bras pour lutter contre les méfaits des pesticides et compte sur nous pour prendre la relève !

A lire également : l’article que le Courrier Picard lui a consacré.