« La Mort est dans le Pré » ou le scandale des pesticides

Plusieurs messages d’associations écologiques m’avaient recommandé le documentaire « la Mort est dans le Pré », documentaire sur les conséquences de l’utilisation des produits chimiques (pesticides, herbicides,..) sur la santé des agriculteurs. Ce film a été programmé sur une grande chaîne nationale mais à 23h… heure qui est loin d’être une heure de grande écoute.

Ce documentaire a été réalisé grâce à la volonté tenace de familles de victimes des pesticides qui ont voulu alerter l’opinion pour sortir du cercle vicieux et honorer à leur façon la mémoire de leurs proches disparus et éviter que de tels drames se reproduisent.

Cancers de la vessie,prostate, pancréas, leucémies, lymphomes,…. sont le lot des agriculteurs qui ont utilisé les pesticides, mais il est très difficile pour eux de faire reconnaître le caractère professionnel de la maladie par la Mutuelle Sociale Agricole au point que certains renoncent même à entamer les démarches, Mutuelle Sociale Agricole très liée aux coopératives agricoles dont une partie très significative de chiffres d’affaires provient justement de la vente d’herbicides, pesticides, fongicides,… et aussi semences produites par les mêmes firmes (la quasi interdiction en France des semences paysannes va dans le sens de l’enrichissement croissant des semenciers et des coopératives….)

Culturellement la loi du silence est de mise dans le monde agricole que ce soit pour les problèmes de famille ou de santé ce qui fait que les conséquences de l’utilisation des pesticides sont sous estimées et considérées à tort comme marginales y compris chez les agriculteurs. Et celles et ceux qui osent briser la loi du silence s’exposent à subir des plus ou moins grandes mesures de rétorsion des autres agriculteurs pour non respect de l' »omerta ».

Pas facile non plus pour un petit viticulteur isolé de s’attaquer à Monsanto, Bayer,…. qui bien évidemment n’ont pas rendu publiques leurs études internes reconnaissant les risques encourus à l’utilisation de leurs produits et mobilisent en cas de procès des moyens financiers et humains considérables.

Les  fabricants de pesticides pendant des années n’ont pas prévenu les agriculteurs de la dangerosité des produits employés, qu’ils ont respirés,  qu’ils ont manipulés sans gants, dont ils ont aspergés leurs familles et ouvriers,…. agriculteurs qui étaient soulagés dans leur travail par des produits qui leur permettaient d’éviter de désherber, limitaient les pertes de rendement liées aux insectes,… et ont cru à une science libératrice et sans risque.

Espoir des agriculteurs touchés par la maladie lorsqu’ils apprennent que la MSA  a enfin lancé une étude Agrican qui compare notamment les risques entre les agriculteurs et le reste de la population et déception lorsque le seul point mis en avant par le chercheur qui dirige l’étude c’est… une expérience de vie supérieure de +2,5 ans chez les agriculteurs à 35 ans .  différence liée à la moindre consommation de tabac…  L’incompréhension quant à la présentation de ce seul axe de recherche  se lève  lorsqu’en réponse à une question, il est reconnu  que le programme de recherche est non seulement financé par MSA et aussi par l’UIPP(1), Union des Industries de Production des  Plantes  (Syngenta, Bayer,…). CQFD

Pour l’homologation des produits tout se fait sur le principe d’auto-déclaration des industriels. Chaque année des coopératives retirent de la vente des produits homologués, ce qui prouve bien ex post que l’homologation n’est pas – loin s’en faut – une garantie innocuité des produits.

D’ailleurs nombre d’agriculteurs – et pas seulement ceux du documentaire – sont conscients qu’il y a des résidus de produits chimiques sur les aliments qu’il produisent et n’en consomment pas à titre personnel…

Pour sortir du cercle vicieux de l’utilisation des pesticides ce n’est pas si facile ; en effet un des freins aussi c’est que les agriculteurs ont perdu les compétences de leurs aînés, car les connaissance d’agronomie ou d’élevage ont été oubliées par l’usage intensif de la chimie que ce soit en culture végétale ou en élevage…

Le documentaire se termine de façon poignante par le décès d’un des agriculteurs, mais aussi par une petite  lueur d’espoir avec la condamnation de Monsanto suite à l’assignation  par une des victimes de l’utilisation de ses produits.

Pour celles et ceux qui n’ont pas eu la possibilité de voir le documentaire de 23h à 23h45, il vous sera possible de le revoir et d’avoir des informations sur la page web de l’émission « infrarouge ».

Nous essaierons ultérieurement d’organiser une projection débat et vous préviendrons sur ce site.

Pour ma part j’appelle l’UIPP l’Union des Industries pour la Promotion des Pesticides. Celles et ceux qui auront vu leur magnifique stand au Salon International de l’Agriculture comprendront parfaitement mon interprétation.