Débat avec Christian Vélot : Rigueur intellectuelle, discours vif et humour effectivement au rendez-vous

Pour ceux et celles qui n’ont pas pu y assister, quelques mots sur le débat de ce soir avec Christian Vélot du CRIIGEN (Comité de recherche indépendant sur le Génie Génétique) que je vous invite à aller écouter dès que vous en aurez l’occasion. Rigueur intellectuelle, discours vif et humour étaient effectivement au rendez-vous !

Christian VÉLOT

Après la diffusion du court film de 13 minutes « OGM, le moment de vérité » (où l’on apprend que la mortalité des rats nourris au cocktail maïs MON810 + Roundup est jusqu’à 600% plus importante que celle des rats nourris au maïs simple, et que pour la première fois l’on a une preuve de la nocivité d’une alimentation en OGM sans pesticides au vu de la surmortalité des rats nourris de telle sorte sur 2 ans), nous avons eu droit à un intéressant brief sur ce qu’est un OGM et ce qu’est la transgénèse ainsi que sur les protocoles d’évaluation utilisés par les semenciers concernant la toxicité des OGM et des pesticides.

Nous apprenons ainsi que seul le principe actif (le glyphosate dans le cas du Roundup) est analysé, or celui ci n’est que peu herbicide sans adjuvants car il ne pénètre pas dans le cœur de la plante. Le problème, c’est que la plus grande toxicité du Roundup est bien celle de ses adjuvants ! Manipulations permanentes des semenciers et de leurs scientifiques sur les études…

Et puis heureusement, les communicants de la filière sont doués pour faire passer l’OGM pour une bénédiction… On dit qu’une plante est RR (Roundup Ready…) ou LL (Liberty Linked, « liée au Liberty » dans le cas du petit trésor de la firme Bayer)

Petit raté du côté du Maïs OGM bien nommé « Terminator »: il s’agissait d’un maïs stérile, soit disant pour ne pas essaimer mais le but caché était ni plus ni moins d’engager plus profondément le brevetage du vivant et d’obliger les paysans à racheter leurs semences… Ce qui est rappelons le déjà le cas… Vélot parle à ce titre de plantes « stériles » juridiquement…

On apprend aussi que nous en sommes en réalité à la 4ème génération d’OGM ! Ces mutants sont capables de produire plusieurs insecticides et de résister à plusieurs pesticides…

Analyses et rigueur scientifiques ne sont pas de rigueur dans le monde de l’OGM et M. Vélot nous a apporté un témoignage de l’intérieur de la mauvaise foi des « experts » pro OGM.

Non content de critiquer le protocole de recherche sur les rats dans le cas de l’expérience décrite dans le film, ceux-ci sont allés jusqu’à reprocher à l’instigateur de l’étude d’avoir utilisé la mauvaise souche de rat car les résultats ne jouaient pas en faveur de l’OGM. Or celle-ci est couramment utilisée dans des études de toxicité avec plus de 150.000 mille exemples d’études!

Quel argument fallacieux pour tenter d’objecter aux résultats montrant des tumeurs chez les souris mangeuses d’OGM seul, de Roundup seul et de Roundup + OGM ! Rappelons que la rigueur scientifique appellerait dans ce cas à reconnaître que les résultats sont inquiétants et à investiguer davantage du côté du problème, quitte à améliorer le protocole de recherche.

Bref, une bonne piqûre de rappel, de nouvelles connaissances et des anecdotes frappantes !

Effrayant quand on pense qu’aux États-Unis, filière OGM et filière conventionnelle ne sont effectivement pas séparées, et que nous sommes en permanence à un moratoire près de voir l’autorisation de nouvelles cultures OGM en France… Chaque année le même scénario… Un moratoire cassé par le Conseil d’État saisi par les pro OGM… Remplacé par un nouveau et ainsi de suite…

Continuons à nous engager contre les OGM!

Texte rédigé par Marie Tavernier