Déforestation : HSBC prend des engagements

Suite à un mois de campagne et à la mobilisation de plusieurs centaines de milliers de personnes partout dans le monde, HSBC a publié le 20 février une nouvelle politique « Zéro Déforestation ». La plus grande banque européenne répond ainsi à une étude publiée par Greenpeace qui démontrait ses liens avec des entreprises qui détruisent les forêts tropicales indonésiennes.

Le 21 février 2017, la banque a lancé un programme « Zéro déforestation » car « il convient de protéger les forets humides, les populations locales et les espèces rares qui en dépendent ». « Nous avons renforcé notre politique » sur le sujet, a indiqué HSBC dans un communiqué.

La nouvelle politique d’HSBC projette de :

  • Renforcer les critères de sélection de ses clients, afin de leur interdire la déforestation, la conversion de tourbières en plantations et l’exploitation des travailleurs. « HSBC ne fournit pas et ne fournira pas sciemment de services financiers qui soutiennent directement les sociétés pétrolières qui ne respectent pas notre politique » souligne la banque.
  • S’engager à être transparente sur la liste de ses clients.

Des engagements donc plutôt encourageants, dans un secteur bancaire qui tarde à s’investir dand la lutte contre la déforestation.

Les autres banques impliquées dans le financement du secteur de l’huile de palme doivent maintenant se mettre à niveau et adopter des politiques Zéro Déforestation à la hauteur des enjeux. Greenpeace pense tout particulièrement à BNP Paribas et au Crédit Agricole, banques françaises également liées à des groupes dont les pratiques destructrices ont été dénoncées.

Alors signer des pétitions ce n’est peut-être pas toujours couronné de succès mais cet exemple montre combien cela est utile et qu’il ne faut pas ménager nos efforts pour sauvegarder la planète !