#OnNeSeTairaPas, le mouvement de soutien contre Véolia

France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand et la Coordination Eau Île-de-France sont poursuivies en justice par Veolia pour diffamation après avoir défendu les droits des plus démunis et lutté contre les pratiques illégales orchestrées par le distributeur d’eau. Explications.

La coupure d’eau et la réduction de débit d’eau pour impayés ; des pratiques pourtant illégales depuis 2014, mais qui malheureusement ne sont pas respectées par les plus grands distributeurs d’eau en France (Veolia et la Saur) et ce malgré la loi exigeant l’accès à l’eau pour tous dans sa résidence principale, tout au long de l’année et sans conditions de ressources. 

Des pratiques illégales

Ces deux multinationales décident délibérément de ne pas appliquer la loi en utilisant toutes les ficelles et tous les moyens juridiques possibles. Lorsque les deux associations luttent en justice pour la reconnaissance des droits des victimes, elles rétablissent l’alimentation en eau dans les foyers dès la réception de l’assignation afin de pouvoir plaider l’absence de trouble et éviter le procès.

Par ailleurs, la Fondation France Libertés et la Coordination Eau Île-de-France encouragent les collectivités locales à refuser les avenants à leur contrat de délégation de service public proposés par Veolia qui comportent parfois des dispositions illégales, telles que les réductions de débit, et de nouvelles ponctions alimentaires financières. Une prise de position qui ne plait pas à la multinationale.

Des méthodes méprisables qui doivent être mises en lumière

Ayant échoué sur tous ces terrains légaux Veolia tente une nouvelle manœuvre : faire taire les défenseurs du droit à l’eau en engageant des poursuites en diffamation contre les dirigeants des deux organisations.

Elle choisit de se battre sur un autre terrain, celui de la liberté d’expression, avec un objectif clair : les épuiser financièrement et les détourner de leurs missions. Cette attaque ne vise pas les associations mais les personnes physiques qui les composent. C’est une agression méthodique, en cascade. Ce type de poursuites, appelées « poursuites-bâillons » car elles visent à imposer le silence aux défenseurs des droits humains par intimidation ou paralysie financière, est de plus en plus répandue chez les grands acteurs économiques.

Mais cela ne les empêche pas de remporter tous leurs procès : 14 victoires devant les tribunaux dont 4 contre Veolia ! Ils sont allés jusqu’aux cours d’appel et même devant le Conseil constitutionnel. Toutes les décisions confirment l’interdiction des coupures d’eau et des réductions de débit !

Biocoop le Retour à la Terre soutient France-Libertés – Fondation Danielle Mitterrand et la Coordination Eau Ile-de-France afin de continuer à faire respecter le droit à l’eau pour tous et à faire entendre la voix des plus démunis. #OnNeSeTairaPas !