Reinette blanche du Canada

Mi-tendre et légèrement croquante, la reinette blanche du Canada est la fois sucrée, fortement acidulée et parfumée.

André Leroy la décrit sous ces termes :

Forme : passant de la globuleuse légèrement allongée et cylindrique, à la conique raccourcie ; mais elle a généralement un côté plus volumineux que l’autre et presque toujours est fortement plissée au sommet. — Pédoncule : assez court, bien  nourri droit ou arqué, profondément inséré dans un vaste bassin à bords  inégaux. — Œil : très-grand, régulier, ouvert ou mi-clos, à cavité très-développée et constamment bossuée sur les bords. — Peau : épaisse, un peu rude au toucher, jaune d’or, tachée et marbrée de fauve et de brun clair, abondamment semée de larges points gris très-rugueux, puis lavée, à bonne exposition solaire, de rouge lie de vin. — Chair : jaunâtre, fine, mi-tendre et légèrement croquante. — Eau: abondante, sucrée, fortement acidulée, possédant toute la délicate saveur particulière aux Reinettes.

Son origine reste un mystère. Elle est connue en France depuis le 18ème siècle et l’hypothèse la plus probable est une origine européenne, peut être normande,  un passage au Canada et un retour en Europe :

Il est aisé de voir par le grand nombre de synonymes sous lesquels on la cultive, que la Reinette du Canada est en Europe très-répandue et fort estimée. Je doute beaucoup, malgré sa dénomination, qu’elle soit d’origine canadienne. Quelques auteurs pensent que cette variété fut importée de Normandie (France) sur notre continent, d’où plus tard on la rapporta, sous ce nouveau nom, dans son pays natal.
(Charles Downing, The Fruits and fruit trees of America, 1869, p. 115.)

La chair, tendre et grossière, est appréciée pour ses qualités gustatives : sucrée, acidulée et parfumée, mais elle peut devenir un peu farineuse si elle est conservée trop longtemps. Utilisée en pâtisserie, la Reinette du Canada est une excellente pomme à cuire !

Pour en savoir plus :