Coton

La culture du coton, état des lieux

Depuis les 30 dernières années, la consommation mondiale de coton a pratiquement doublé. Tandis que les sites agricoles sont à 75% situés dans les pays en voie de développement, la majorité est vendue dans les pays développés.

Le coton est une des cultures qui utilise le plus de pesticides : elle consomme plus de 20% des insecticides agricoles pour seulement 2.5% des surfaces agricoles ! Cela entraine des effets dévastateurs sur les plans écologique et social et sur la santé de l’homme :

  • Écologie : des pesticides utilisés 50 ans auparavant polluent encore eaux et sols aujourd’hui. Le coton non bio est généralement transgénique (OGM) et contribue une menace pour les espèces traditionnelles.
  • Social : les conditions de travail et sans .Les OGM entraine l’endettement chronique des paysans qui le cultivent puisqu’ils doivent chaque année racheter des semences ainsi que des pesticides, herbicides,… aux quelques multinationales de la semence.
  • Santé : un million de personnes intoxiquées dont 22 000 morts chaque année selon l’OMS. De plus, l’ajout de colorants azoïques ayant un effet cancérigène et de métaux lourds provoquant des allergies, de formaldéhyde, qui rend les vêtements infroissables mais qui provoquerait des saignements de nez, migraines, nausées.. et irritations, surtout chez les personnes à peaux sensibles et notamment les bébés.

Avantages du coton de culture biologique

  • Rotation des cultures conformément au cahier des charges, ce qui entraine une meilleure fertilité des sols et donc une moindre consommation d’eau.
  • Pas de chlore, ni d’azoïdes ou de métaux lourds. Le blanchiment est traditionnel, obtenu par eau oxygénée.
  • Maintien les sols sains et productifs grâce à l’utilisation d’engrais naturels et ne pollue pas les nappes phréatiques.
  • Respect des équilibres naturels entre les différentes populations animales.

Il y a « coton bio » et « coton bio »

Certains indiquent sur des affiches que le coton est bio mais on ne trouve aucune trace de certification sur les étiquettes des produits… La vigilance s’impose et tous les cotons annoncés comme bio ne sont pas forcément bio !

Rappelons en effet que l’utilisation des qualificatifs « bio », « biologique », « AB », … n’est encadrée légalement par les règlements européens que pour les produits agricoles non transformés, à usage alimentaires (pour l’homme ou les animaux) et pour les semences et autre « matériel de reproduction végétative ».

Les autres produits, tels que les textiles (et donc le coton), les produits d’entretiens ou les cosmétiques peuvent donc utiliser le terme « bio » de manière beaucoup moins contraignante et c’est ainsi que les agrocarburants peuvent être qualifiés de « bicarburants » même s’ils sont produits à partir d’OGM et utilisent toutes la palette mise à leur disposition par l’industrie chimique.

Pour ces produits encore plus que pour les produits alimentaires, il faut être vigilant et vérifier si un label spécifique contraignant et vérifié par un organisme certificateur vient garantir le caractère réellement « bio ».

S’il est certifié bio, bien sûr, il n’y a pas de pesticides et insecticides ajoutés lors de sa culture et les semences ne sont pas OGM. En revanche, différents traitements plus ou moins polluants et nocifs pour la santé tels que le blanchiment au chlore peuvent encore survenir lors des différentres étapes de sa transformation.

IMA qui certifie le coton bio de notre partenaire Aquanatura certifie non seulement la production du coton lui-même mais aussi les conditions sociales dans lesquelles ce coton est produit et récolté. Car de la même façon que nous refusons de vous proposer des alimentaires bio produits à l’autre bout du monde quand on peut les produire dans nos régions et/ou dans des conditions sociales moindres, il nous semble important d’avoir la même sélectivité lorsque nous vous proposons du coton bio.

Le coton bio d’Aquanatura est produit en Turquie dans des conditions sociales correctes ; les serviettes de toilette sont elles aussi produites en Turquie ; en revanche le linge de lit est tissé en France dans les Vosges ; vos achats contribueront à relocaliser l’économie en créant des emplois en France !